arrow back
retour page actualités

Un étudiant de l’ESMA raconte son stage chez DNEG


Actu École . 10 Oct. 2018
Cinéma d’animation 3D / Montpellier

Découvrez l’interview de Thibaud Lafond – Fenonjoie, étudiant en quatrième année de Cycle Pro Cinéma d’Animation 3D & Effets Spéciaux de l’ESMA Montpellier

ESMA : Comment avez-vous trouvé votre stage chez Double Negative ?

Thibaud Lafond-Fenonjoie : Plus tôt dans l’année, des membres de l’équipe de DNEG Londres sont venus à l’ESMA faire une présentation de leur studio et de leur programme de stage pour l’été (GREENLIGHT). Cela m’avait particulièrement enthousiasmé, c’est pour cela que j’ai tout de suite eu envie de postuler chez Double Negative.
Après avoir rempli un questionnaire de motivation sur leur site, envoyé un CV et ma demoreel, j’ai attendu quelques mois avant d’être convoqué, pendant une journée, dans leur studio de Londres, avec tous les autres candidats sélectionnés.
Nous avons passé plusieurs entretiens individuels et de groupes pour finalement avoir une réponse définitive quelques jours plus tard.

ESMA : Cela a été compliqué de trouver un stage ?

T.L.F : J’avais déjà effectué un stage d’un mois l’année précédente dans une entreprise de publicité à Shanghai : Volt FX. Je devais donc faire un mois de stage supplémentaire pour pouvoir valider mon diplôme. Pour augmenter mes chances de trouver un stage j’ai tout d’abord indiqué sur mon CV que j’étais disponible 2 à 3 mois. Puis j’ai envoyé plusieurs demandes de stage à travers le monde, principalement à des studios de VFX et jeux vidéo (domaine que j’avais envie de connaitre un peux plus), avec en tête de liste DNEG Londres.

ESMA : Comment s’est passée votre intégration dans le studio ?

T.L.F : Étonnamment, l’intégration a été très facile ! Les premiers jours, on peut être facilement intimidé par un studio de l’ampleur de DNEG, mais, très rapidement, beaucoup d’employés, quels que soient leurs postes au sein de l’entreprise, viennent te voir pour te poser des questions, te demander tes impressions. J’ai vite eu l’impression d’être intégré et de faire partie de l’équipe de DNEG.

ESMA : Quelles ont été vos missions lors de votre stage ?

T.L.F : J’étais dans la section DNEGTV (section séries TV), plus spécialement en EnvGen (Environnement généraliste).
Le stage a été découpé en deux parties, de la théorie d‘un côté avec des conférences/workshops, et de l’appliqué de l’autre avec deux projets mis en place spécialement pour les stagiaires, sorte de mini courts métrages (1min environ, par projet) à réaliser en groupe avec tous les autres stagiaires, pour la fin du stage :
– Semaine 1 et 2 : Formation au pipeline et aux différents programmes utilisés chez DNEG,
– Semaine 3 à 7 : Projets de groupe + Workshop,
– Semaine 8 : Présentation des projets + quelques jours sur une vraie production.
Les deux projets que nous devions réaliser étaient très intéressants car nous pouvions explorer la totalité du pipeline du studio, être rapidement face à de nouveaux problèmes à résoudre et, surtout, nous devions communiquer efficacement au sein de notre équipe de 15 stagiaires, chacun à un poste bien précis.

ESMA : Pouvez-vous me parler d’une situation de succès lors de votre stage ?

T.L.F : Pour l’un des projets, l’action se déroulait dans l’atrium de DNEG, je devais donc refaire tout l’environnement : modélisation, matte painting, texturing, lookDev, etc.
Durant les workshops “On set” j’ai shooté moi-même toutes les textures dont j’allais avoir besoin, ainsi que les STIG (panoramique de plusieurs photos pour avoir une nouvelle photo en haute résolution) et plus tard les LIDAR (Scan 3D, très haute résolution d’un espace).
Puis j’ai utilisé et modifié tous ces éléments pour en extraire un maximum d’informations (displace, texture tilable, modélisation, matte painting, camera, etc.).
Cela a été très formateur, car j’ai dû mettre en place mon propre workflow pour éviter de me perdre au milieu de toutes ces nouvelles notions et programmes.
Comprendre comment s’organiser, entre les projections de matte painting, le texturing d’asset plus classique ou encore le texturing procédural, etc, dans un environnement complexe/photoréaliste.

ESMA : Quels ont été vos meilleurs moments au sein du studio ?

T.LF : De nombreux événements, soirées, activités sont organisés par DNEG, ce qui m’a permis de rencontrer et de discuter avec un grand nombre d’artistes qui travaillent chez DNEG.
C’est lors de ces moments-là que j’ai pu réellement en apprendre plus sur “l’après études”, les salaires, l’organisation, les studios, sur la vie d’un CG artiste en général, etc.

ESMA : Que pensez-vous de votre formation à l’ESMA ?

T.L.F : Lors des deux premières années à l’ESMA, on ne se rend pas vraiment compte du niveau que la formation peut nous apporter, on fait les travaux et on avance sans se poser de questions. C’est vraiment quand j’ai fait mes deux stages, que je me suis rendu compte que la vision généraliste enseignée à l’ESMA est une force dans un studio.
Cela nous permet d’avoir beaucoup d’autonomie, et de nous adapter rapidement aux problèmes que l’on peut rencontrer dans une production.
Puis, en 3e année nous pouvons vraiment pousser nos connaissances en nous spécialisant dans un domaine que nous avons choisi.

ESMA : Quels sont vos projets après l’obtention de votre diplôme ?

T.L.F : Ce stage chez DNEG m’a beaucoup appris aussi bien techniquement, qu’humainement. Le monde du VFX est passionnant mais je suis curieux de découvrir le secteur du jeu vidéo.
Après l’obtention de mon diplôme j’aimerais être embauché en tant que Texturing/LookDev chez DNEG Montréal.

 


Travail Réalisé chez DNEG

Sa Demoreel