arrow back
retour page actualités

Portrait de Timothée Maron


Actu École . 22 Oct. 2018
Cinéma d’animation 3D / Montpellier

Découvrez l’interview de Timothée Maron, étudiant en quatrième année de Cycle Pro Cinéma d’Animation 3D & Effets Spéciaux de l’ESMA Montpellier

ESMA : Comment avez-vous trouvé votre stage chez Double Negative ?

Timothée Maron : Chaque année des studios comme Double Negative (DNEG), Framestore ou MPC proposent des programmes de stage pour l’été. Très intéressé pour faire mon second stage dans un studio de VFX,  je me suis donc renseigné sur le programme proposé par DNEG directement sur leur site, où j’ai ensuite pu postuler après avoir répondu à quelques questions de motivation et en joignant ma demoreel.

Sa demoreel

 

ESMA : Cela a-t-il été compliqué de trouver un stage ?

T.M : Pour ce stage je cherchais à rejoindre un studio de VFX, à Londres, si possible, afin d’améliorer mon anglais. J’ai donc travaillé ma demoreel durant toute l’année pour qu’elle corresponde à cet objectif. Ayant déjà fait un stage de 15 semaines l’été d’avant au sein du studio Unit Image (Paris), cela a aussi grandement amélioré mon CV.

A partir du mois d’avril,  j’ai postulé dans plusieurs studios comme DNEG, Framestore, Cinesite ou encore The Mill, la plupart du temps directement sur leurs sites.
J’ai ensuite reçu une réponse positive de la part de DNEG et Framestore (début juin) pour un premier entretien. L’entretiese faisait sous forme d’“assesment day”, sorte de journée d’entretien/évaluation. J’ai donc dû me rendre, début juin, à Londres afin d’assister à cette journée où Thibaud Lafond Fenonjoie et Martin Fettuciari, 2 autres Esmaniens acceptés pour l’entretien, avons pu découvrir le studio, passer plusieurs entretiens dans la journée avec des recruteurs, Head of Department ainsi que Managers, rencontrer des artistes et Superviseurs travaillant là bas et assister à une conférence.

J’ai aussi pu profiter de ce voyage pour passer mon entretien avec Framestore directement à Londres plutôt que par Skype, du coup, j’ai également eu l’occasion de visiter le studio et passer 2 entretiens (Film et Advertising).

La semaine suivante (fin juin) DNEG m’a contacté par téléphone afin de m’annoncer la bonne nouvelle ! (Une réponse positive de Framestore Advertising est aussi arrivée mais 2 jours plus tard).

ESMA : Comment s’est passée votre intégration dans le studio ?

T.M : Lors de mon premier jour chez DNEG nous étions donc plus que 10 stagiaires et 5 graduates. Seulement 3 français : Thibaud, Elliot Thomasson et moi. Lors des workshops (cours sur le pipeline de DNEG) nous étions tous regroupés ensemble et nous avons ensuite eu 2 projets de groupe à réaliser, lesquels nous ont permis de travailler avec tous les autres stagiaires.

Le reste du temps nous étions assignés à un poste (dépendant de notre spécialisation) aux côtés d’autres artistes travaillant chez DNEG, ce qui nous permettait de découvrir, rencontrer et poser des questions. En plus de ça, un mentor nous a été assigné à chacun afin de nous aider à nous intégrer au mieux au sein du studio.
J’ai aussi pu rencontrer beaucoup de français travaillant chez DNEG, notamment d’anciens Esmaniens travaillant maintenant chez DNEG Feature Animation.

ESMA : Quels ont été vos missions lors de votre stage ?

T.M : Ma spécialisation en tant que stagiaire était “Build Intern” (asset generalist) ce qui signifie donc modeling, texturing et look development. Lors des 2 premières semaines nous avons eu beaucoup de workshops pour nous expliquer le pipeline de DNEG puis, ensuite, de visites d’artistes venant nous présenter des points spécifiques à leurs domaines. Par exemple : on-set training, matte painting, organic sculpting, texture painting from scratch, muscle simulation, etc.

Malgré le fait que j’étais spécialisé en Build j’avais la possibilité d’assister à tous les workshops. A partir de la 2-3e semaine et jusqu’à la 6-7e, le nombre de workshops a diminué afin de nous laisser le temps de travailler sur 2 projets de groupe (entre stagiaires) sous forme de petits courts métrages (moins d’1 min) afin de nous permettre de comprendre et tester le pipeline de DNEG.

Souhaitant m’orienter vers le texturing et look development de personnages/créatures, ces projets m’ont permis d’approfondir mes capacités et profiter de l’expérience de mon mentor et des artistes autour de moi dans ces domaines. J’ai ensuite été assigné à un “show” qui venait de débuter chez DNEG : Wonder Woman 1984.

Travail Réalisé chez DNEG

ESMA : Pourriez-vous me parler d’une situation qui vous a marqué durant votre stage ?

T.M : Un des shots du projet que nous avons réalisé entre stagiaires concernait la transformation d’un humain en loup garou. J’étais responsable du lookDev de cette transformation et de la majeure partie du texturing. L’effet de transformation étant réalisé par un des stagiaires spécialisé en FX, j’ai dû travailler en étroite collaboration avec lui pour trouver des solutions techniques aux problèmes que posaient ce type de shot.

Cela a été extrêmement formateur et la complexité du travail en lookDev que ce shot demandait m’a permis de montrer au mieux mes capacités à nos superviseurs lors de la présentation finale.

ESMA : Quelles ont été vos meilleurs moments au sein du studio ?

T.M : Tous les 1er vendredis du mois chez DNEG, il y a le Beer&Pizza. Bières et pizzas gratuites pour les ~1000 personnes travaillant dans le bâtiment, c’est donc le meilleur moment pour rencontrer d’autres artistes travaillant ici depuis des années, ou ayant travaillé dans plein d’autres studios, mais aussi des managers ou superviseurs, développeurs, etc.

Nos superviseurs training et le departement RH ont aussi organisé quelques événements pour GreenLight (nom donné au programme intern et graduate) ou lorsque nous restions travailler plus tard le soir lors des derniers jours du projets.

ESMA : Que pensez-vous de votre formation à l’ESMA ?

T.M : La formation de l’ESMA m’a permis d’avoir dans un premier temps une formation généraliste de 2 ans où j’ai pu découvrir et comprendre chaque étape/département de l’industrie du Film Animation et du VFX, puis dans un deuxième temps, lors de la 3e année, me spécialiser dans les départements qui m’intéressent le plus .

C’est vraiment cette possibilité de me spécialiser qui m’as permis lors de la 3e année d’approfondir mes compétences dans des départements spécifiques (texturing, lookDev, lighting etc) mais aussi d’en profiter pour travailler ma demoreel dans cette optique. C’est aussi une remarque qui est revenue plusieurs fois lors des différents entretiens chez DNEG ou Framestore : l’ESMA nous offre la capacité d’avoir une connaissance précise de chaque département, puis ensuite de choisir une spécialisation pour approfondir les domaines qui nous intéressent le plus.

ESMA : Quels sont vos projets après l’obtention de votre diplôme ?

T.M : Lors de ce stage chez DNEG, j’ai appris énormément de choses, que ce soit par le biais des workshops, du pipeline mis en place dans un studio de cet envergure ou encore des projets, mais aussi grâce aux nombreux artistes travaillant là bas. Cela a donc conforté mon choix de travailler dans le domaine du VFX et dans un studio comme DNEG.

Après l’obtention du diplôme,  j’espère retourner à Londres pour travailler dans un studio de VFX en tant que junior Texturing/LookDev.