Echange franco-canadien Esma-Cégep de Matane



30 Mai. 2016 / / photographie
Voici le récit de Pauline Schneeberger sur son séjour au Canada dans le cadre de ses études de photographie à l'ESMA.

" Au cours de la deuxième année du cycle de photographie de l’ESMA à Montpellier, un échange scolaire de deux binômes est organisé en partenariat avec un collège canadien, le Cégep de Matane. Ce projet est soutenu financièrement par l’OFQJ (office franco-québécois pour la jeunesse) ainsi que par l'ESMA et le Cégep de Matane.

Afin d’être sélectionné pour participer à cet échange, les élèves de deuxième année intéressés doivent soumettre un projet photographique à un jury, celui-ci validant les deux projets les plus aboutis et réalisables.

Le projet photographique de Pauline Scheenberger


Etudiante en deuxième année du cycle photographique de l’ESMA, j’ai proposé un projet photographique qui fût validé instantanément par le jury.
Mon projet avait pour objectif de mettre en parallèle, en comparaison, en confrontation l’architecture québécoise à l’architecture française, qu’elle soit contemporaine, colonialiste, moderniste, byzantine, baroque, victorienne, néoclassique, gothique, etc.

Pour réaliser mon projet, j’ai choisi d’utiliser une chambre monorail, au format 4x5’’, ce afin de pouvoir être au plus proche de la réalité et de respecter de manière optimale les perspectives des différents bâtiments.
J’ai réussi à mettre en relation mon projet architectural avec Geneviève Thibault (une des deux élèves sélectionnées par le Cegèp de Matane).

Février 2016 : départ à Matane


Courant février, je suis donc partie deux semaines à Matane (Gaspésie), afin de réaliser ce projet et de rencontrer pour la première fois nos correspondantes québécoises.
Mon vol ayant duré plus de 24h (un des désavantages des maigres finances estudiantines), je suis arrivée à Montréal dans la nuit du 28 au 29 février 2016. Après une courte nuit passée dans une auberge de jeunesse, j’ai retrouvé mon compatriote français (Louis Clerc) arrivé un jour plus tôt.

Le 29 au soir, nous montions dans un autocar, afin de rouler toute la nuit et d’arriver au petit matin à Matane, où nos correspondantes québécoises nous attendaient.

Les premiers jours à Matane


Notre premier jour au Cégep de Matane fût plutôt calme, car les heures de routes et le décalage horaire ne nous avaient pas laissés énormément d’énergie : Visites des locaux, installations dans nos chambres, rencontre avec les élèves et professeurs de la section photographie, etc.
 

Road-trips dans les paysages canadiens


Les jours suivants furent cependant plus actifs et créatifs…
Geneviève nous embarqua avec sa voiture dans des « road-trips » à la découverte de la magnifique nature et des splendides paysages alentours.
Annabelle (deuxième correspondante québécoise), nous fit découvrir la gastronomie québécoises et la sincère chaleur humaine des québécois.

La caverne d'Ali Baba : le comptoir de prêt de matériel


Les professeurs nous permirent d’assister aux cours qui nous intéressaient et l’administration nous permit de bénéficier du comptoir de prêt de matériel (tout équipement multimédia confondu : appareils photos numériques ou argentiques, caméras, micros, torches, etc…).
Ce comptoir de prêt était notre caverne d’Ali baba, nous disposions de tout le matériel souhaité et pour toute la durée de notre séjour.

Nous avons également eu accès au CDRIN (centre de développement et recherche en imagerie numérique), qui dispose d’une des premières installations du genre permettant de scanner un individu, afin de réaliser un modèle 3D de celui-ci en un temps record.

Des prises de vues par...-35C°


Tout semblait propice à la bonne réalisation de nos projets, c’était sans compter sur un ennemi de taille : Le froid. La température minimale que nous avons pu ressentir lors de notre séjour, fût de -35 C°, avec un vent de plus de 70km/h.
Nous savions qu’il ferait froid et même très froid, mais je crois qu’aucun de nous n’avait envisagé que ce froid nous handicaperait autant dans l’aboutissement de nos projets respectifs.

En effet, Louis (mon compatriote français) et moi, avions choisi de réaliser nos prises de vue avec des films argentiques, et nous ne pensions pas que le froid abîmerait/altérerait autant nos supports argentiques.

Je me revois, les doigts complétement ankylosés par le froid, au milieu d’un champ, essayant de planter mon pied photo dans la couche de glace recouvrant celui-ci, tout en bataillant contre un vent fou et très peu coopératif…

Cependant c’est également un de mes meilleurs souvenirs, car, à mon sens, j’ai réussi à vaincre le froid et le vent canadien, afin de ramener de magnifiques images. Ce qui rajoute un soupçon de fierté et d’orgueil au résultat de mes efforts.

Petit résumé de mon voyage


Durant ces deux semaines, nous avons donc bravé le froid et les tempêtes de neige, découvert l’immense beauté de paysages canadiens, rencontré la générosité et sympathie des québécois, mais surtout vécu une expérience inoubliable et riche d’enseignements.

Retour en France & accueil des correspondantes canadiennes


Une semaine après avoir retrouvé la douceur des 15-20 C° Montpelliérains, ce fut notre tour d’accueillir nos correspondantes canadiennes. Celles-ci furent enchantées par la ville, les rencontres faites, les différentes activités/visites proposées et purent également mener à bien leurs projets.

J’espère vous avoir mis autant de flocons de neige dans les yeux que ceux qui se sont glissés dans les miens et de vous avoir délicieusement glacé le bout des orteils, pour vous donner envie de visiter ce magnifique pays.

Pauline Schneeberger "
PARTAGER
Echange franco-canadien Esma-Cégep Pauline Schneeberger
Echange franco-canadien Esma-Cégep Pauline Schneeberger
Echange franco-canadien Esma-Cégep Pauline Schneeberger
portrait Pauline Schneeberger
Echange franco-canadien Esma-Cégep Pauline Schneeberger